Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 12 juillet 2008

Pour les fans, comme moi, qui ont mal digéré l’embrouille chez Ferrari dimanche dernier une version de la course qu’on ne peut pas qualifier de pro-ferrariste 😉 et qui explique bien le comment du pourquoi…

Je n’ai gardé que l’essentiel qui dissèque bien la course entre les tours 9 et 30, la ou tout se joue…

 

Kimi dépasse Heikki lorsque celui ci fait un TAQ (lap9) puis il remonte sur Lewis et réduit quasiment à zéro les 6s d’avance de celui-ci en 10t. Selon Kimi «nous avions un meilleur réglage pour le sec que McLaren parce qu’a fur et a mesure que la piste séchait mes temps s’amélioraient plus vite que les siens ». Le terme de piste séchant doit être relativise car ils tournaient 13s moins vite que sur une piste vraiment sèche.

Alors que le 1er ravitaillement s’approchait il n’était pas question de choisir autre chose que des intermédiaires. La seule question était de savoir si on les changeait ou pas. Pour les stratèges Ferrari et McLaren la réponse serait dictée par ce que leur diraient les prévisionnistes météo. Ceux de McLaren disaient qu’un gros nuage allait s’installer, ceux de Ferrari qu’il n’y aurait qu’une brève averse…

Au 21eme tour Hamilton et Raikkonen rentrent aux stands ensemble. Ferrari ne change pas les pneus de Kimi et le ravitaille pendant 7.5s. McLaren remet des intermédiaires neufs a Lewis et le ravitaille pendant 8s ce qui lui permet quand même de repartir devant la Ferrari.

A partir de ce moment la stratégie Ferrari était vouée à l’échec car déjà pendant leur tour d’accélération les parapluies s’ouvraient tout autour du circuit. La pluie était arrivée et tombait de gros nuages noirs suffisamment pour discréditer les prévisionnistes Ferrari. Sur une piste qui s’assèche les intermédiaires uses sont significativement plus rapides que des neufs, cependant sur une piste mouillée ils n’évacuent pas assez d’eau ce qui les rend beaucoup plus lents. Et cette piste était soudainement très mouillée.  Il faut noter que cela ne semblait faire aucune différence sur le rythme d’Hamilton, ses pneus neufs, sa conduite et le grand équilibre de la McLaren l’autorisant a continuer sur un rythme a peu prés identique a celui qu’il avait avant son arrêt.. Raikkonen avec ses pneus uses perdait 5 a 6s par tour  et plus encore lorsque les pneus ont baisse en température. Apres avoir été juste derrière lui en rentrant au stand il était maintenant 21s derriere et cela après 5t seulement. « Nous avons fait une erreur sur le choix des pneus », dira Raikkonen,  « sinon on aurait pu gagner la course ». « Nous devons reconnaitre que nous avons fait des erreurs » dira Stephano Domenicali « la pluie a dure plus longtemps que nous ne le pensions, mais la F1 n’est pas une science ».

La pluie s’intensifia dramatiquement au 24eme tour (…) Etant donne les temps énormes que Raikkonen perdait il est difficile de comprendre pourquoi Ferrari ne l’a pas fait rentrer pour changer ses pneus. Il perdait jusqu’à 8s par tour et il aurait donc compense cet arrêt supplémentaire en 4t seulement ! Au lieu de cela ils ont juste espéré, en vain, que la pluie allait cesser.

 Renault, dans la même situation avec Alonso, décida de corriger son erreur et l’arrêta 6t seulement apres son premier stop (l.26) ce choix l’élimina de la liste des prétendants sur l’instant mais s’avérera payant. Piquet qui avait lui change ses pneus se retrouva 5eme juste derrière Raikkonen (…)  Ferrari essayant de rattraper son erreur de stratégie  va laisser Raikkonen en piste jusqu’au moment qui leur permettra de le ravitailler pour terminer la course. Il va s’arrêter au 30eme tour … .

Extrait de l’article de Mark Hughes – Autosport  Vol193 n2 – July 10th 2008 – traduction Ago.

 

Voila la messe est dite 😉 Quelqu’un a le portable de Jeannot?

 

Read Full Post »

Je vais vous montrer un jeu que vous ne connaissez peut-être pas, je l’appelle “les dominos de la F1”. Ca se joue avec des dominos numérotés 10, 8, 6, 5, 4, 3, 2, 1 et il y a aussi un domino tout blanc, celui la il vaut mieux ne pas l’avoir dans votre jeu. Pour jouer a ce jeu il faut être pilote de F1, c’est pour ca que le jeu même breveté ne se vendra pas, ou alors il faudrait vraiment le faire payer très cher !

 

A la base le joueur dispose d’un chevalet (un peu comme au Scrabble) sur lequel il posera ses dominos. Il y a 18 cases sur le chevalet, et à chaque course il faudra y déposer le domino qui symbolise le nombre de points marques dans cette course : Pas de point c’est un domino blanc (Aie, j’vous l’avais dit !).

 

Attention le joueur n’a pas le droit de poser son domino n’importe ou… Les règles sont les suivantes :

On commence par ranger les dominos de valeur 10 sur la gauche du chevalet (pour certains ca va aller vite…) après on range les dominos blancs sur la droite du chevalet, en faisant éventuellement glisser les autres dominos vers la gauche (et ca c’est pas bon signe..). Enfin on termine en rangeant tous les autres dominos de la droite vers la gauche dans l’ordre croissant des points.

Par exemple voici l’état actuel des chevalets des 6 premiers au championnat…

 

Bien sur ce chevalet change à chaque fois mais une chose est constante cependant : les dominos blancs. Les dominos blancs ne disparaissent jamais et on ne peut qu’en avoir des supplémentaires…

 

Je trouve ce jeu très pédagogique il montre clairement que pour l’instant Raikkonen et Kubica ont un résultat supplémentaire et personne ne pourra mettra mettre un résultat en face de celui la, sauf si Kimi ou Robert encaissent un autre domino blanc (et pas les autres) ce qui aura pour conséquence de pousser leurs autres dominos vers la gauche les rendant ainsi accessibles, d’où l’importance de finir dans les points. On peut aussi comparer les autres dominos avec une certaine prudence cependant : Ne comparer que des positions ou les deux joueurs ont des dominos puisque le reste est encore indéterminé… Bien sur les 10 a gauche ne sont pas a négliger mais tant qu’une course n’est pas finie on ne sait pas qui va la gagner…

Tout se passe comme si Kimi et Robert avaient disputé une course supplémentaire ou Kimi aurait fini 8eme et Robert 4eme, mais aucun autre des inscrits au championnat n’y a participé ! Par contraste cela rend la position des autres ‘joueurs’ encore plus délicate : Un abandon de Lewis par exemple avec une victoire de Kimi sera bien plus lourde de conséquences que le contraire –une victoire de Lewis avec abandon de Kimi. Dans un cas Lewis se retrouve avec 2 occasions de moins de marquer des points que Kimi alors que dans l’autre Kimi aura eu autant d’occasions que Lewis…

On peut déduire d’autres petites choses, mais je vous laisse chercher un peu…

Bonne journée à tous !

Les dominos apres le GP du Japon (cliquer sur le tableau pour l’agrandir):

On voit bien que la difference du nombre de resultats donne un avantage objectif. Kubica par exemple grace a sa regularite a 6 points de « bonus » (3+2+1) sur la droite, soit l’equivalent d’une 3eme place supplentaire par rapport a Raikko, Heidfeld et Kova.

Read Full Post »