Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 25 mars 2011

Je voudrais pour commencer être sur que les définitions sont les mêmes pour tous.

La pole c’est quoi ?

La pole c’est la première place sur la grille elle est attribuée a l’issue d’une séance de qualification (essais qualificatifs, par opposition aux essais libres). Celui qui l’obtient est le plus rapide pendant cette session.

Ceci admis il est donc vain de se demander si la pole est «en carton» ou pas, c’est la pole. Le pilote le plus rapide a un moment obtient le droit de partir en tête de la course. Le temps realise n’est pas vraiment important (sauf pour les fans) l’important c’est d’être devant.

Ok, maintenant on rembobine…. Le but de tout ca c’est quoi ? Gagner la course bien sur.

Gagner la course :

C’est être le plus rapide sur une distance donnée dans une configuration donnée et des conditions données (circuit, météo…) .Il est évident –au moins pour moi- que les autres concurrents sont des obstacles qui ne peuvent que ralentir le rythme de l’effort donc le meilleur moyen de faire le meilleur temps c’est… d’être seul sur la piste ! OK je sais un GP ce n’est pas ca ! Mais si je veux savoir le meilleur temps réalisable par un pilote sur une machine sur un circuit sur la distance d’un GP il faut imaginer que ce pilote cours seul.

Le temps idéal :

Donc le pilote cours seul, on connait tout : les pneus, leur dégradation et la manière dont elle s’effectue, le poids de l’essence, son influence sur les temps au tour, et tous les autres paramètres qui régissent le temps au tour. A partir de la on peut établir la manière de réaliser cette course contre la montre, savoir quand s’arrêter et combien de fois en fonction du rythme soutenu. On peut donc aussi évaluer s’il y a lieu de rouler plus lentement a certains moments pour éviter un arrêt qui pénalise d’environ 20-25s a chaque fois.

C’est bien ce qui se faisait en 2007 quand les ingénieurs avaient déterminé que la combinaison idéale –au moins pour les écuries de pointe- consistait a partir avec un tiers de l’essence requise et s’arrêter 2 fois car le temps de ravitaillement était inferieur a la perte de temps due au supplément de carburant embarqué dans une config sans arrêt ou avec un arrêt. La bascule s’inversait a partir de 3 arrêts ou le temps perdu aux stands était supérieur a celui gagné grâce au poids inferieur de l’essence embarquée.

la combinaison pole/victoire

Je crois que maintenant nous avons tous les éléments : Pour parcourir la distance d’un GP le plus vite possible, c’est-à-dire pour gagner le GP il faut réaliser le temps idéal, c’est-à-dire celui qu’on pourrait réaliser si on était seul en piste…. Et pour être seul en piste il faut être en pole (ou doubler au départ, mais on va rester volontairement simples !)

Il faut donc impérativement réaliser la pole dans des conditions compatibles avec celles du temps idéal sinon cela ne sert a rien.

C’est là que j’ai la faiblesse de croire que l’obtention de ce temps idéal est sensiblement le même pour toutes les écuries de pointe (je n’ai pas le souvenir d’un team qui gagne des courses avec une stratégie radicalement différente des autres) et que donc toutes les écuries de pointe disputeront la pole dans des conditions équivalentes… Par conséquent obtenir la pole est toujours aussi important. Celui qui est devant n’a personne a doubler et peut imposer son rythme, il n’y a rien a gagner a partir derrière quand on a une machine qui peut gagner la course (parce qu’elle peut réaliser le meilleur temps idéal). Pour les autres ca peut être un peu plus compliqué, je l’admets.

Merci de vos commentaires qui pourraient m’amener a modifier ma position….

Read Full Post »