Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2014

Ti amo…

Juste un petit mot pour marquer le coup, un Ferrariste ne peut pas manquer la présentation de la nouvelle monoplace F1 de Maranello… La vidéo de présentation c’est tout Ferrari, ce sont des trucs comme ça qui font qu’on repique année après année. Sont forts les gars ! Je ne suis intéressé aux discours, les dissertations sur l’aérodynamique de l’auto c’est pas trop mon truc et de toute façon je n’y connais rien, je préférerais parler du moteur mais on ne le voit pas.

Le discours donc… D’abord pas d’interview de Nikolas Tombazis, c’est la première fois à ma connaissance… et à la place on a Lanzone (Production)… bon… Montezemolo nous la joue un peu moins prima donna, Stefano aussi est assez modéré, bref tout le monde semble avoir pris la mesure de ce qui s’est passé depuis 4 ans, on affiche un optimisme raisonnable, et Allison nous dit qu’au delà du moteur ou de l’aéro la priorité cette année sera la fiabilité. Le message me semble clair et conforme à ce qu’on entend ailleurs… gaffe à la casse ! Je crois donc que la monoplace a été conçue dans cet esprit, une auto qui va évoluer… D’abord on assure la fiabilité et on fera la montée en puissance doucement. J’assume ça, je pense que c’est un bon choix cette année me semble cruciale à plus d’un titre. Cruciale pour Ferrari car 5 ans sans titre ça commence à faire, on repart à zéro avec de nouveaux moteurs il ne faut pas se rater, Ferrari ne peut pas se rater ! Cruciale pour Alonso aussi, je ne pense pas que l’Espagnol restera s’il n’a pas une auto qui peut lui offrir le titre.

Je vais souhaiter une excellente saison a mon écurie préférée, les premiers essais c’est bientôt, et le GP d’Australie c’est dans moins de 50 jours, ca va vite arriver !

PS: Ben oui, je l’aime MA Ferrari…

Publicités

Read Full Post »

Histoire de rapports…

La question du jour porte sur les rapports de boites des F1 en 2014….

En 2013 le règlement technique spécifiait que la boite ne pouvait avoir plus de 7 rapports (mais elle pouvait théoriquement en avoir moins…) et qu’il y avait la possibilité de choisir ces 7 rapports parmi 30 prédéfinis avant le 1er GP de la saison.

En 2014 le nouveau RT précise que la boite doit avoir (exactement) 8 rapports mais me semble bien plus flou sur les combinaisons possibles. Deux interprétations possibles: Soit il n’y a plus de combinaisons possibles de différents pignons et donc la boite à 8 rapports doit d’adapter a tous les circuits… ou bien, et ce serait plutôt mon interprétation, en cette première année on en prend autant qu’on veut (pas de mention du nombre max) mais il faut quand même les déclarer avant le premier GP. Je dois avouer que ce qui m’intrigue un peu dans ce cas, c’est que le règlement dit qu’on peut en changer 3 en cours d’année et que l’ancienne déclaration est annulée immédiatement… Ce qui me porte à croire qu’il y a une imitation en nombre (sinon il suffirait de rajouter les nouveaux et de garder les anciens). Or comme genevois (bonjour à nos amis Suisses) qu’un seul chiffre mentionné (8) je me dis qu’il y a contradiction et que donc mon interpretation est fausse… Donc il me faut bien avouer que je ne sais pas ce qu’il faut comprendre.

Les textes:

2014
9.6.1 The number of forward gear ratios must be 8.
9.6.2 Each competitor must nominate the forward gear ratios (calculated from engine crankshaft to drive shafts) to be employed within their gearbox. These nominations must be declared to the FIA technical delegate at or before the first Event of the Championship. For 2014 only a competitor may re-nominate these ratios once within the Championship season, in which case the original nomination becomes immediately void. Ratio re-nominations must be declared as a set.
2013
9.6.1 The maximum number of forward gear ratios is 7.
9.6.2 The maximum number of numerical change gear ratio pairs a competitor has available to him during a Championship season is 30. All such gear ratio pairs must be declared to the FIA technical delegate at or before the first Event of the Championship.

Read Full Post »

Ceci est une copie de l’article publié par Autosport ce jeudi 09 janvier 2014. Je ne le publie ici que parce qu‘Autosport n’est pas disponible en France. Si vous estimez que je dois le retirer merci de me le signaler en laissant un commentaire….

Gary Hartstein – The inside line –

Ex-F1 medical delegate – and consultant anaesthetist and A&E physician – analyses reports of Michael Schumacher’s condition

Let’s take a look at what’s happened to Michael
Schumacher, from his fall until roughly now. It goes
without saying that this is based on what we’ve been
told at the press conferences, viewed and interpreted
through my eyes. I will not speculate, but will rather read
between the caring physicians’ lines and put this into the
context of the treatment of severely head-injured patients.
It’s useful to think of the impact against the rock
as having done two things: it essentially immediately
created a series of severe lesions, and it set into motion
processes that, left to themselves, would aggravate the
damage already done.
What about the initial lesions? There were probably at
least four types of injury produced by the fall.
The first is formation of haematomas. Torn and
damaged blood vessels let blood escape in sufficient
quantity to coalesce. They are dangerous both because
they are markers of severe impact as well as because
they cause the intracranial pressure (ICP) to rise. We’ve
been told that Michael had a right-sided extradural
haematoma (between the skull and the dura, a membrane
surrounding the brain) that was evacuated surgically a
week last Sunday, and a series of intracerebral (within
the brain tissue itself) haematomas. One of these, on the
left, was evacuated last Monday, but there are several
others, located on the left, on the right and in the centre.
The second type of injury is contusions. These are

bruises, just like when you bang your arm or leg. Tiny
quantities of blood seep from the vessels, but not
enough to collect. This gives that black-and-blue
look. There’s also swelling of course, which adds
to the ICP increase caused by the haematomas.
Third is the possibility of damage to the long ‘cables’
in the brain. Injury to these axons is harder to see
with modern imagery, but is often associated with
poor neurological outcome.
Last, I have heard insistent stories of damage to one
of the four arteries feeding the brain. Even if true, the
significance of this is hard to assess, as most people have
extensive connections between the four arteries, allowing
flow through one to compensate for blockages in another.
What about the vicious circles I alluded to above?
The most important revolves around the ICP. Increased
ICP compresses the tiny blood vessels nourishing the

brain. The problem is, when the brain isn’t receiving
enough blood, what do you think it does? Right –
it swells. This aggravates the already high ICP, and
the already low blood flow.
Taking care of severely head-injured patients involves
rigorous adherence to a few principles. Basically, the brain
needs to consistently receive adequate amounts of oxygen
and nutrients. For this to happen, the air passages are
maintained open and secure by a tube placed in the
windpipe. Oxygenation and ventilation are provided by
sophisticated ventilators, and adjusted to values as close
to normal as possible. In order to ensure proper brain
blood flow, it is urgent to control elevated ICP.
The first step in controlling high ICP was done on
the Sunday and Monday after Schumacher’s accident.
The surgically accessible haematomas were evacuated.
In addition, the bone flaps opened by the surgeon
weren’t closed, allowing the brain to physically
swell a bit before the pressure rises.
It turns out that cooling the patient just a few degrees
can help make sure that energy delivery is adequate. This
is because cooling slows the brain’s metabolism. That
means that any given level of oxygen and nutrient delivery
is more likely to be sufficient for the brain’s needs.
Hypothermia is also very effective against elevated ICP.
It’s also important to understand what is meant by,
and the role of, the ‘medically-induced coma’.

I mentioned controlling the airway with a tube in the
trachea, controlling breathing with a ventilator and
reducing body temperature. Now, realistically you just
can’t do this to a patient, even a severely head-injured
patient (especially not a head-injured patient!) without
anaesthetising them. So all these patients are put to sleep.
This also helps ensure that the patient doesn’t shiver
during the period of hypothermia (usually 48-72 hours).
If despite all the above the ICP stays elevated, the
anaesthesia is deepened significantly. This aims at
temporarily abolishing electric activity in the brain,
in order that all available energy be used for vital
cellular maintenance, not ‘superfluous’ activity.
The future? A long, long road. Months at least. Short
term, the anaesthetic needs to be lightened when the
ICP is normal and stable. That’s the next big step.

Suivez Gary sur Twitter @former_f1doc / Le Blog de Gary: http://formerf1doc.wordpress.com/

Read Full Post »

Ce blog était silencieux depuis un an, la saison 2013 ne m’a pas inspiré… J’ai gardé pour moi tous les chiffres qui sont un peu la caractéristique de mes billets, pas envie de passer du temps ici, je me suis contenté de réagir sur le blog de Lionel Froissart…

Depuis le 30 décembre notre petit monde, celui des amateurs de F1, est en ébullition à cause du terrible accident de MSC dont l’onde de choc dépasse évidemment ce petit monde justement… Vous vous doutez bien que je ne vais pas commenter l’actualité d’autres le font bien mieux (et certains bien mal !) et Michael n’est pas un pilote auquel je suis attaché, je le respecte mais ça ne va guère plus loin il serait donc malvenu de ma part de commenter, ou pire de spéculer…. Je laisse ça à d’autres. 

Pourtant certaines petites choses me font réagir… Comme par exemple ce matin les propos attribués à Philippe Streiff et vivement critiqués dans la presse anglo-saxonne et dans l’entourage direct de MSC.  PS aurait assuré que Michael était tiré d’affaire ! C’est faux, mais des extraits tirés de sa déclaration spontanée et maladroite (il était au volant de sa voiture, interviewé à son départ de l’hôpital), alors juste pour lui rendre justice voici l’intégralité de ses propos que j’ai transcrit à partir de la vidéo que j’ai enregistrée sur BFM hier vers 17h30.  Le début de sa déclaration ne laisse aucun doute sur la situation actuelle, hélas son optimisme bien compréhensible le fait « broder » un peu dans la suite de ses déclarations. A mon avis il n’y a aucune ambiguïté dans ses propos, il se laisse juste emporter par l’espoir… Qui pourrait bien lui en vouloir ? Certainement pas moi !Image

« Gérard Saillant m’a dit lui même qu’il ne savait pas…heu… s’il allait s’en sortir, et qu’il ne savait pas si heu… il allait récupérer. Il ne savait pas quand est-ce qu’ils allaient le sortir du coma, ils font des scanners tous les jours, et si on voit comment se résorbe l’œdème et plus il va se résorber vite moins il sera paralysé. On sait que c’est du côté gauche maintenant que ça a été résorbé, puisque c’était bilatéral lundi maintenant c’est plus que du côté gauche et c’est quand même un grand progrès mais si jamais ça continue trop il risque d’être hémiplégique mais hémiplégique du côté opposé c’est à dire du coté droit et malheureusement c’est le côté où on perd la voix donc …heu… il aura de la rééducation qui lui permettra de retrouver je pense l’usage de la voix et j’espère heu…l’usage de ses membres » (transcription Ago)

Read Full Post »